Le premier et le dernier

L’été des mes dix-huit ans, je me suis ‘échappée’ de la maison de famille (où j’étais censée m’occuper des chats et des plantes pendant que mes parents et mes frères étaient en voyage) pour partir à l’aventure en République Tchèque avec trois amis que je connaissais à peine. Du festival metal-hardcore-vegan où nous avons dormi à quatre dans une tente conçue pour deux, des nuits passées en train, du tatoueur qui ne parlait pas un mot d’anglais (chose qui ne l’a certainement pas empêché de graver une étoile sur ma peau), des magasins de LPs de seconde main et des petit déjeuners à l’aube assis sur une place déserte de Prague je n’ai gardé que des souvenirs magnifiques, parfaits. Peut-être parce que c’était le premier voyage que j’ai fait sans permission aucune de la part de mes parents – ou bien, parce que cette poignée d’images soignées, précieuses comme les instants qu’elles évoquent, demeurent empreintes dans ma mémoire comme étant les dernières avant de découvrir les opportunités parfois trompeuses d’un appareil numérique…

oliver

partenza

ondepraga
standpraga

Prague